L’Affaire Benalla: Quel impact sur les sociétés de sécurité privée ?
l'affaire benalla
Alexandre Benallah. Illustration.

 

L’affaire Benalla a, en effet, fait les beaux jours des réseaux sociaux cet été et mis à mal le Président de la République, le gouvernement et surtout le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, sa démission en est sans doute en partie le résultat. On peut effectivement se poser la question de savoir si, celle-ci, a eu et aura un impact sur l’activité des sociétés de sécurité privée, sur l’image qu’elles ont dans l’opinion et surtout sur le développement futur de leurs activités qui ne se résument pas à assurer la sécurité des personnes, mais va, déjà, bien au-delà.
La tempête médiatique et politique passée, on serait tenté d’emblée de répondre par la négative, mais cela est-il aussi simple.

Deux principaux constats

Un premier d’ordre culturel typiquement français. Avec cette l’affaire, de nombreuses personnes relayées par les médias ont cru voir revenir le temps des barbouzes. Qui ne se souvient pas du désopilant film de Georges Lautner avec Lino Ventura, Francis Blanche et Bernard Blier ? Tous les jours, une nouvelle révélation, plus énorme que la veille, tous les jours l’association faite entre ces révélations et le statut de Responsable de la sécurité du Président de la République d’Alexandre Benalla. Dans l’affaire du port d’arme, des connivences de ce dernier avec des représentants des forces de l’ordre, etc. Bref, une bien mauvaise image donnée par un responsable officiel des questions de sécurité auprès du Président de la République.

Pour les professionnels de la sécurité, la crainte était aussi, que l’affaire Benalla remette en question la publication au journal officiel des arrêtés relatifs à la formation des agents de sécurité. En effet, les missions confiées aux sociétés de sécurité privée requièrent de nouvelles compétences et mettent de plus en plus les agents dans des situations qui pourraient nécessiter l’utilisation, pour leur protection et le bon accomplissement de leurs missions, d’armes de poing ou de fusil. Entre 2000 et 3000 agents sont concernés.

 

Une tension qui retombe

Aujourd’hui, le temps de la justice a pris le relais sur celui des médias, l’attention est donc un peu retombée et dimanche dernier, les arrêtés ont été publiés. Le soulagement est grand, comme les défis qui attendent les acteurs du secteur de la sécurité privée. Ils connaissent la responsabilité qui va être la leur de former leurs agents à leurs nouvelles responsabilités.
L’affaire Benalla, tout comme le film de Lautner, a fait sourire certaines personnes, en a agacé beaucoup d’autres. Elle a donné aussi de « vrais » arguments aux opposants à tout armement des sociétés de sécurité privée. Son retour, bientôt, politique et médiatique sur le devant de la scène, à l’occasion du procès, pourrait, une nouvelle fois, freiner l’évolution des métiers de la sécurité. On peut en effet s’accorder sur une chose, cette affaire a été catastrophique pour l’image de ce secteur d’activités qui souffrait et a toujours souffert d’une réputation sulfureuse due aux politiques passées et, malheureusement parfois encore actuelle, de recrutement des agents, à certaines bavures, à certaines liaisons particulières avec le pouvoir politique aussi !

 

Vous avez aimé cet article et souhaitez également nous soumettre votre besoin en sécurité et gardiennage, contactez-nous par téléphone au 01 48 10 23 50 ou en remplissant ce Formulaire de Contact.

Demande de devis
close slider
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.